vendredi 12 octobre 2012

Giratoire en vue

Une année passée à préparer des concours de la fonction publique. Pour ne pas y finir, d’ailleurs. S’achève donc la période de la vie estudiantine, même si les 18 mois à venir seront une alternance de stages et de formation avant de prendre mon premier poste dans une administration de 200 000 agents.


En tout cas, aucun regret de ce côté-ci de ma vie. Tout n’était pas nécessairement prévu comme cela, j’ai raté des opportunités, des marches, j’ai pris des chemins de traverse. J’ai piétiné quelques rêves d’adolescence, quelques croyances politiques mais aucune personne, je crois.

Je n’ai jamais eu à déplorer le moindre rattrapage d’examen et pourtant je nourrissais une frustration d’avoir laissé inachevé un certain nombre de choses. Une licence en droit jamais terminée, une médaille de conservatoire jamais obtenue, faute, dans les deux cas, d’avoir cessé ces études une année trop tôt. Une frustration balayée par le fait d’avoir obtenu mes diplômes de la grande école qui fut la mienne. Enfin ! Quelque chose de réellement terminé jusqu’au bout.

Une année de travail intense, donc. Une année exceptionnellement formatrice sur tous les plans. J’ai mûri, beaucoup. J’ai expérimenté beaucoup de choses cette année, les limites intellectuelles, la solitude, la déprime aigue, la force de l’amitié, le pardon, l’abnégation, la générosité.

Pour attendre le résultat de l’oral et vivre ces dernières heures d’attente sereinement, je suis allé me réfugier en Corse, chez le plus fidèle de mes amis. Celui qu’on aimerait n’avoir jamais trop loin de chez soi. La journée n’étant pas chômée pour tout le monde, c’est seul que j’ai passé la matinée au café sur la corniche de Bastia, face à la mer et au soleil. Un des grands bonheurs de l’existence, le café, le jus d’orange et les journaux du matin. La magnifique « Lettre à D. » d’André Gorz, aussi. Et c’est en quittant le restaurant du midi que j’ai appris mon succès.

J’avais imaginé l’instant de façon beaucoup plus animale. Je n’ai pas hurlé mon soulagement, je n’ai pas tremblé de bonheur et d’incrédulité, j’ai peut-être respiré plus vite qu’à l’accoutumée. Victoire à la Pyrrhus. C’est seul que j’ai réussi. Les amies, l’amie qui devaient m’accompagner dans cette aventure ont échoué. Doué d’empathie depuis peu, j’ai relégué ma joie au second plan pour me sentir accablé par la détresse –dissimulée- des autres. Je ne me résous pas à ce gâchis de compétences opéré par la sélection du concours.

L’immense soulagement que constitue cette nouvelle étape de ma vie, pour moi et pour mon entourage, n’était rien à ce moment-là. C’est le lendemain d’ailleurs que j’ai fêté ça dans le meilleur restaurant de la ville. Les deux jours suivants furent parfaits en tous points. Un temps magnifique, des paysages sublimes, une baignade –en plein mois d’octobre !- méditerranéenne. Une revanche sur l’été passé à l’ombre des livres.

Au retour de ce court séjour, j’ai achevé mon déménagement. Je sais que je regretterai profondément cette ville, sa délicieuse et surannée bourgeoisie de province, son incroyable qualité de vie. Mais je languissais de la quitter, j’y étais désormais trop à l’étroit entre toutes les rues milles fois parcourues, les souvenirs partout et les perspectives d’avenir nulle part.

En attendant mon premier salaire, je vis considérablement au-dessus de mes moyens. J’ai acheté quelques monographies sur des peintres que j’apprécie beaucoup, longtemps cantonnées à la liste des envies. Je me remets à voyager et me rend enfin dans la capitale des arts : Florence. Je suis également en train de m’équiper en accessoires essentiels pour réussir au mieux les grands classiques de la pâtisserie française, Opéra ou Paris Brest. C’est mon pêché mignon, la pâtisserie…

3 commentaires:

Tambour Major a dit…

Voilà qui explique ce long silence entretenu depuis le mois de mai.
Félicitations pour ta réussite !

Bashô a dit…

Toutes mes félicitations ! :-)

Kynseker a dit…

Et oui, entre les dissertations et les fiches, l'envie d'écrire avait disparu...

Et merci à vous deux :-)