samedi 20 août 2011

Chez moi, c'est beau aussi

Soleil de plomb sur le Languedoc qui n'a pas suffit à nous dissuader de vadrouiller à travers les vignes héraultaises. Onze heures ne sonnent pas encore quand nous pénétrons dans l'abbaye de Valmagne, une cistercienne à la pierre chaude et rassurante. Malgré la qualité des informations délivrées par la guide et son incroyable sympathie, je ne peux pas m'empêcher de vite quitter le groupe de visiteurs pour fureter à ma guise.

L'abbatiale, reconvertie en cave viticole, en son état originel devait être splendide. On ne peut qu'imaginer cette splendeur passée, en attendant un hypothétique généreux mécène qui financerait de grands travaux de restauration. Le cloître, roman, étonne par sa chaleur et son romantisme. Cette petite fontaine est un vrai petit havre de paix céleste:


L'abbaye fait aussi auberge et c'est de façon improvisée qu'on décide d'y manger. La cuisine est exclusivement issue des potagers attenants. Grâce à un convive avisé en fleurs et légumes, on découvre et apprécie plein de saveurs en connaissant leurs petits noms poétiques. Cuisine légère, "du soleil", simple et bonne. Une excellente surprise dans un endroit hors du commun.

On poursuit notre chemin vers Pézenas, assez peu sur les traces de Jean-Baptiste Poquelin, surtout pas à la recherche des fameux petits pâtés que je trouve, personnellement, immangeables. Le cœur historique ne manque pas de cachet et on s'attarde au café, chacun profitant de la vue que lui offre sa place.

Enfin, c'est au château de Cassan que l'on finit l'après-midi. Bâtisse sublime, parfaite: classique, élégante, assez simple, perdue dans les vignes, avec un jardin potentiellement superbe. L'ensemble est cruellement en mauvais état: bâtiments presque en ruines, jardins à l'abandon. Mais que c'est beau sous cette lumière !


L'endroit appartenait, jadis, à des moines et c'est Vivaldi (son Nisi Dominus) qui nous berce dans l'église. Très bel endroit, plein de poésie, de secrets et d'Histoire.

5 commentaires:

Tambour Major a dit…

Décidément, quitte à verser dans le J.P. Pernaut, je me rends chaque jour davantage compte que je connais fort mal les belles régions de France. L'Hérault n'est pourtant pas si loin de Toulouse...

Kynseker a dit…

N'est-ce pas ? C'est quand des amis sont de passage qu'on se décide à visiter ce qui est tout proche de chez soi... On va parfois chercher bien loin ce qu'on a à portée de main !

S. a dit…

Je me souviens que l'on "grapillait" dans les vignes du côté de Castries.
La coutume perdure, ou bien y a-t-il des caméras de vidéo-surveillance et des chiens ?

Et oui, fort belle région pour qui sait regarder comme vous.

Calyste a dit…

Il paraît qu'à Pézenas, on a beaucoup investi pour embellir la ville. Y étant allé il y a fort longtemps, j'en avais gardé un souvenir assez morne.

Kynseker a dit…

@ Calyste: oui, on sent que bien des efforts sont faits pour rendre le centre ville particulièrement agréable. Parkings, office du tourisme, fléchage, etc. tout est particulièrement neuf et bien fait !