samedi 30 avril 2011

Pas d'enterrement, pas de cheveux: the czech way of life

J'ai toujours dit que si possibilité m'était donnée de me marier, je ferais ça à la tchèque: 20-25 personnes, entre amis proches, sans la famille. Une cérémonie sans fioritures, un bon restaurant et une soirée endiablée.

Là où je prends un peu mes distances, et encore, c'est avec leur manière de célébrer leurs morts. En lisant l'excellente revue Books (le nom anglais et les couvertures souvent très colorées ne doivent pas détourner les lecteurs avertis de l'excellence du contenu) dans le train hier soir, à côté d'un très jeune père de famille (24 ans, bébé de 21 mois, pull à l'effigie de Jean-Paul II), j'ai ainsi appris que l'athéisme influence considérablement la manière d'organiser des funérailles. Les tchèques, qui ont donc le bon goût d'être la nation européenne la plus athée, ne voient aucune utilité à ce rite. Et un chercheur, polonais ayant perdu la foi, de dire: "les tchèques ne pensent pas que la façon de dire au revoir au corps du défunt ait un impact sur son existence future. Rien ne sert d'organiser des obsèques, puisque aucune pression sociale n'incite à le faire. Un trou dans le sol suffit."

Moi qui ait déjà millimétré ma propre cérémonie d'enterrement, je serais bien embêté avec la façon tchèque. Ceci étant, je suis quand même gêné par le fait de faire une cérémonie religieuse. Et les autres moyens de faire sont franchement inadaptés. C'est donc autour du trou, dans un champ battu par les vents, non loin de la garrigue de mon enfance, sous un soleil d'avril ou de septembre que j'imagine ma petite cérémonie avec musique portative.

Là où je me suis complètement désolidarisé des tchèques, c'est quand j'ai lu "évidemment personne ne porte le deuil. 1/3 des urnes funéraires ne sont jamais réclamées". Ah, quand même !

La conclusion de l'article était davantage rassurante: "les tchèques se fabriquent leur propre paradis sur terre, parce qu'ils n'ont qu'une vie, dont ils essaient de profiter au maximum. Les Polonais continuent, eux, de penser qu'ils devront attendre le ciel pour s'amuser". J'ai souri à la lecture de cette phrase tant les tchèques ne me sont jamais apparus comme des boutes-en-train ni des épicuriens nés.

Books est une des rares revues à s'intéresser à l'Europe Centrale et on trouve toujours plusieurs articles sur la République Tchèque ou d'autres contrées de cette région. Dans ce même numéro de mai, on apprenait aussi que les jeunes avaient eu une manière très officielle de s'opposer au régime communiste: il s'agissait d'avoir les cheveux longs, provocation occidentale.

Les jeunes qui portaient les cheveux trop longs au goût de la police d'alors étaient prestement arrêtés, conduits au poste, tondus et renvoyés chez eux après un petit fichage règlementaire. Plus grave, les hommes aux cheveux longs étaient officiellement interdits d'entrer dans les restaurants et les cinémas et d'obtenir des visas. Des manifestations visaient alors à faire cesser ces brimades avec des slogans comme "rendez-nous nos cheveux" ou "finis les coiffeurs!". Ah, les tchèques !

4 commentaires:

S./G.C a dit…

Très intéressants les us et coutumes de ces peuplades...
J'espère être invité à votre mariage.
Pour l'enterrement, on a tout le temps.

Tambour Major a dit…

Comme le disait Muriel Robin dans son sketch intitulé Le Testament : "on la bâche, et on va bouffer ! " ^^
(à 5:04)

Scarlett a dit…

2 observations :

Tout d'abord, même dans la mort tu es exigeant! 2 mois sur 12 pour mourir sinon tes funérailles ne te plairont pas... que tu es compliqué ;)

Ensuite, "24 ans, bébé de 21 mois, pull à l'effigie de Jean-Paul II" je trouve que tu es vraiment entouré de Papophile, tu devrais y voir un signe, un appel je crois!

Kynseker a dit…

@: bien sûr pour le mariage, et je vous fais grâce du piano à la cérémonie !

@ TM: je pensais effectivement à ce sketch culte de Muriel quand j'ai lu cet article et quand j'ai écrit mon billet. On a les mêmes références ! :-)

@ Scarlett: je suis pas sûr de réussir ma vie, alors au moins réussir ma mort ! Et protestant je suis, protestant je resterai ! J'envisage d'aller au culte dimanche !