lundi 24 janvier 2011

Le jour où j'ai snobé Chevènement

L'ancien ministre honorait notre école de sa docte personne aujourd'hui. Le tapis rouge, déroulé pour un autre événement concomitant, donnait à cette visite une aura inespérée. Goutant assez peu l'auto-promotion éditoriale et le souverainisme et n'ayant jamais oublié les pourcentages qu'il grappilla à Lionel Jospin en 2002 (même si, personnellement, je croie Madame Taubira davantage responsable de l'élimination de ce dernier, tant son programme n'en était pas un), j'ai procédé à un curieux arbitrage. J'ai préféré me rendre, sans honte, à mon cours de culture générale, programmé en même temps que sa conférence. J'ai jugé que j'y apprendrais bien plus de choses utiles à mon savoir et mon développement personnel. D'après les retours que j'ai eus à propos de la conférence chevènementiste, il semblerait que j'ai eu bien raison.

J'ai un peu de mal à alimenter les pages de ce pauvre blog, ces temps-ci. Je consacre toute mon énergie scripturale à mon mémoire qui sera, a priori, terminé d'ici la fin du mois. Six semaines d'avance que je pourrai consacrer à parfaire la mise en page, les titres et tout ce qui peut l'être indéfiniment. En attendant, que l'inventeur du dictionnaire des synonymes en ligne soit éternellement remercié, tant cette aide est utile pour varier les mots et les expressions. Je soumets les 4/5 de mon travail à ma très chère directrice ce mardi ; j'espère qu'elle m'épargnera son éternelle faconde.

Pas plus de nouvelles intéressantes à donner malgré mes innombrables sorties de la semaine passée. Je vous donne rendez-vous pour le récit de ce qui promet d'être un grand moment: mon cours de "danses de société" ce mercredi !

2 commentaires:

S./G.C a dit…

Oh, une coïncidence !
Furetez là où vous savez, vous verrez...

S./G.C a dit…

Au temps pour moi : votre publication est antérieure.
Mais je la découvre maintenant.