dimanche 2 janvier 2011

La vie, par bribes

Dans le train, j'espère que c'est le beau jeune homme qui cherche où caser sa valise qui va venir s'assoir à mes côtés. Pour une fois, ce chaste vœu est exaucé et je n'hérite pas d'un vieux croulant aux effluves tonalité sueur. Voix douce, barbe juvénile, il lit un roman qui me donne l'idée d'un développement pour mon mémoire. Il aura droit à mon éternelle reconnaissance sans le savoir.

Arrivé à Paris, au théâtre, tendance humour de gauche, cinquantenaire qui a le cou constamment éclairé par un projecteur mal réglé. Raie sur le côté, cheveux graisseux, lunettes montures en or, chemise blanche rayée bleue. Les gens sont affalés, ils rient à gorge déployé mais lui semble figé dans le même rictus. Il ne rit jamais ; il sourit, parfois. Il sera le premier à quitter son siège à la fin du spectacle.

Je découvre qu'on peut manger fort tard et fort bien à Paris. Aux heures indues, à Prague, j'étais habitué aux McDo. 1€ le cheeseburger, j'en prenais deux en sortant de l'opéra, en débitant ma phrase toute en tchèque, façon étranger assimilé. Parce que le métro fonctionne fort tard là-bas et les tramways toute la nuit. Comment Paris peut-elle aspirer à être la capitale européenne dominante avec des transports aussi frustres ?

Sur le quai de la Gare du Nord, à 6h30, je retrouve l'amie qui m'avait hébergé en Égypte aux mêmes dates l'année passée. Cette année, direction Amsterdam. Elle me trouve tout de suite "mûri", limite "vieilli". Mes traits deviennent adultes alors que mes affects se tournent de plus en plus vers l'enfance. Darling a été une sérieuse concurrente niveau caprices et humeur lunatique. Nous nous entendons malgré tout fort bien, parce que nous sommes sans compromissions et sans mesquineries.

Amsterdam, son odeur de cannabis, ses femmes en vitrine et ses canaux. Toujours aussi déplaisante cette ville. En dépit, du marché aux fleurs, des grands et beaux hollandais. J'ai survécu à l'auberge de jeunesse, aux ronflements effrayants d'un espagnol, aux pets des allemandes, au baragouinage des québécois.



Entre les Vermeer de l'un et les Van Gogh de l'autre, les musées représentaient l'étape culturelle du voyage. Aucun bâtiment marquant, pas d'église à visiter, pas de parc mystérieux (malgré le Vondelpark). J'avais gardé un assez fidèle souvenir de ma précédente visite ; je confirme mon ressenti et je classe cette ville toujours aussi bas dans les priorités de vrai voyage. Reste que pour trois jours pour passer le Nouvel An, c'est une des meilleures destinations. Ambiance très jeune, détendue et pas trop faussement hippie, compte-à-rebours bon enfant de la nouvelle année sur fond de Nessun Dorma avec castafiore intégrée, restaus indiens/indonésiens bons et pas chers.

Gin tonic sur Gin tonic (lamelle de citron obligatoire), le passage à la nouvelle année s'est fait en douceur, sans prendre l'allure de fête forcée. Grosso modo, j'aime assez peu cette fête imposée du Nouvel An ; outre le fait que je suis encore au calendrier julien, j'ai souvent tendance à faire des soirées étranges... J'ai comme ça, à mon palmarès, un Nouvel An chez des frères dominicains avec une adoration du saint sacrement et une tisane...

Au retour d'Amsterdam, en faisant un crochet dans le Veme, à un arrêt de bus un couple se déchire sous le regard inquiet d'un fils qui ne sait plus à quel parent se raccrocher. Amoncellement de petites rancoeurs mesquines ; qu'une envie, celle de dire à Madame de demander le divorce rapidement pour elle et pour son fils tant elle n'a apparemment plus rien à attendre de son mari.

Dans le train de retour, succession de jolis garçons (dont un joli roux qui n'a pas cessé de m'interroger du regard, interloqué que je me sois obstiné à le vouvoyer alors qu'on devait avoir deux ans d'écart, lui plus jeune) et un couple mignon comme tout. Jeunes mariés (choix d'alliances de très bon goût) car encore bénéficiaires de la carte 12/25 (je fouine, je fouine), probablement jeunes profs tous les deux (j'ai reconnu les emplois du temps de l'éducation nationale) et amoureusement lovés dans les bras l'un de l'autre. BCBG tendance prof (bien fringués mais pas trop, voire pas top), ils respiraient le bonheur et l'harmonie. Ça donnerait des envies de nuptialité !

Et puis basta, la bonne année à tous ! Moi, j'y espère réussir mes examens, boucler mon mémoire, passer un long weekend à Paris et un petit weekend à Grenoble et tout est au mieux dans le meilleur des mondes !

19 commentaires:

Gouli a dit…

Que de belles rencontres. J'opte pour le petit roux. Bonne année à toi. Continues à nous abreuver de tes écrits si agréables à lire.

Kynseker a dit…

Bonne année Gouli !

Il faut que je me décide à laisser des commentaires chez toi, résolution de la Nouvelle Année :-)

Bashô a dit…

J'avais une fois passé la Saint Sylvestre chez mes amis bénédictins de l'abbaye de Saint-Benoît sur Loire. C'était très bien mais je n'avais pas eu de tisane... :-)

Et la conversation avec le jeune roux était intéressante? ;-)

Je te souhaite une très bonne année 2011, tous mes voeux de bonheur, de réussite et d'amour!

Kynseker a dit…

Ouf, je me sens moins seul ; ceci étant, ce soir-là, j'étais parti pour une soirée type beuverie alors se retrouver chez des dominicains, c'était un peu fou !

Le jeune roux, sa beauté farouche et naturel, m'intimidait trop pour relancer la conversation ; aussi, l'ai-je laissé regarder son film américain (assez gnagna d'après ce que j'en ai vu).

Bonne année à toi !

Florent a dit…

Tu seras welcome à Grenoble. Je pourrais squatter avec toi à Paris ? : )

Bashô a dit…

Kynseker> Che peccato comme disent les italiens de manquer cette occasion :-) Cela dit, regarder un film américain gnagan me parait dirimant...
Comment se fait-il que tu te sois retrouvé avec les dominicains alors que tu étais parti pour une soirée de beuverie? D'autant plus que la province de Toulouse est plutôt collet montée par comparaison avec le Province de France et d'autres ordres religieux.

Florent> As-tu remarqué que le rapporteur public à propos de l'annulation du décret de Dati est un certain Mattias? ;-)

Florent a dit…

Je viens juste de le voir ; décidément ce Mattias est bien en vogue...

Kynseker a dit…

@ Bashô: oh, je passais voir une amie avant de me rendre à la soirée et je me suis retrouvé embarqué, de façon consentante, à une petite messe chez les dominicains et de fil en aiguille, on y a passé la soirée !

Audrey la madame a dit…

Mais non, mais non on n'y a pas passé tant de temps que ça, on a aussi regardé The Merchant of Venice, écouté les Passions de Bach, et zappé le récitatif initial de Scherza Infida, évidemment...!
Bises à vous

Kynseker a dit…

Du temps où tu étais encore demoiselle, on avait aussi passé la nuit dans le même lit !

(si ton mari s'échoue en ces pages, je précise que c'était évidemment totalement chaste :-D)

Audrey a dit…

Oh c'est vrai, j'avais complètement oublié cela! Et je crois qu'on s'était réveillé avec un concerto pour piano de Mozart si je ne m'abuse...

Dima a dit…

Bonne année à vous...
Ah, les petits bonheurs des voyages... rencontrer de beaux hommes dans le train... je crois que Delerm a décidément oublié quelques uns des bonheurs simples!

Audrey a dit…

Merci pour votre carte très cher ;-)

Kindgay a dit…

Bonne année à toi aussi! Et j'espère qu'elle t'apportera ce que tu souhaites ^^

Un week end à Grenoble? Tu connais bien la ville pour y passer des week end? ^^

(premier commentaire que je laisse ici, mais ce n'est pas ma première visite, ni la dernière d'ailleurs)

Et pour te répondre, même les garçons juste normaux ne veulent pas de moi... Personcetateone veut de moi, à part les petites mamies aux hormones en feu ^^'

Kynseker a dit…

Eh eh, pour Grenoble, un ami s'y installe, c'est l'occasion de découvrir ; en fait, il y a un musée qui m'intéresse (oui, dans mes névroses, un musée peut me pousser à voyager, parfois à des milliers de kilomètres).

Je suppose que toi tu connais bien Grenoble pour me mettre en garde, sans en avoir l'air :-D

Kindgay a dit…

En effet, je connais relativement bien pour y vivre depuis 4 ans et demi ;-)

C'est quel musée qui t'intéresse?

Kynseker a dit…

Le musée des beaux-arts (ou ce qui en tient lieu, je ne connais pas la dénomination exacte).

Mais la question est: y vis-tu encore ? (ça motive davantage pour faire le déplacement :-D)

Kindgay a dit…

Tu dois parler du musée de Grenoble (C'est vraaaaiment très original comme nom, j'en conviens ^^) C'est drôle, ça fait 4 ans et demi que je suis là, et j'y ai jamais mis les pieds ^^

Et oui, j'y vis toujours ;-) Et encore pour un bon bout de temps ^^

Audrhéhéhé a dit…

^^