dimanche 12 décembre 2010

Traumatismes d'enfance

J'ai toujours eu un gros complexe de cour de récré. Il ne se passait pas une année sans qu'il revienne. Il portait et porte toujours le doux nom des "Aristochats". Moi, petit garçon propret et plutôt bien élevé, je n'ai jamais vu ces maudits Aristochats. On ne voyait pas de Disney à la maison, on n'achetait pas de cassettes VHS, on se contentait d'enregistrer des films intéressants, quand ils passaient à la télé. Je me souviens qu'on avait seulement le droit de regarder les cartoons de Canal + après le repas, je devais avoir sept ou huit ans. Alors, quand mes petits camarades, des étoiles dans les yeux, de la véhémence dans la voix, se refaisaient le dessin animé en actions enfantines, j'étais à part, frustré. Mon charisme naturel et mon leadership intrinsèque (hu hu hu) faisaient toutefois que je parvenais vite à renverser le cours des choses et à faire basculer nos amusements enfantins vers un autre sujet. Mais n'empêche que je suis resté complexé à cause de ce foutu dessin animé.

J'avais deux bons amis. Un doux rêveur, irrémédiablement perdu pour la rationalité. Je fais une petite parenthèse: je ne sais pas du tout ce qu'il est devenu, il est parti un jour de notre école, dans des conditions aussi troubles que celles dans lesquelles je l'avais connu. J'ai appris, plus tard, dans une interprétation toujours sans fard et sans jugement qui caractérise la vindicte maternelle, que ses parents étaient divorcés (c'était pas si fréquent encore). Son père, très grand, musclé, et à la démarche chaloupée mais virile, portait une boucle d'oreille à l'oreille droite. Ce qui ne cessait pas de m'intriguer, ce devait être le premier homme que je voyais avec une boucle d'oreille. Donc, en gros, un homosexuel qui s'était marié pour se faire un enfant et qui a ensuite divorcé. Je crois l'interprétation plausible. J'en reviens à mes moutons: mon autre ami était plus directif, très ancré dans les choses réelles. Toujours est-il qu'un jour nous décidâmes de mettre en place un jeu cruel dont seuls les enfants ont le secret: exclure de notre trio l'un de nous chaque semaine, de sorte qu'il lui soit interdit de jouer avec les deux autres et de leur parler. J'ai dû cautionner le jeu, au début, parce que je n'étais pas la première victime. Ensuite, quand cela a été mon tour... Un torrent de larmes plus tard, j'étais dispensé. Faiblesse juvénile.

Mais n'allez pas croire que j'étais toujours un dégonflé. Alors que je me désintéressais prodigieusement du foot et que je préférais aller batifoler dans les herbes et ramasser des feuilles de chêne (et j'entretiens toujours une passion farouche pour ces arbres), je fus une fois le héros du jour de l'équipe hasardeuse formée en cours de sport. Comme tous les réfractaires, j'optais en ce temps-là pour le poste de gardien. Il est toujours facile d'accuser la défense de ne pas avoir su protéger le but. D'autant que moi, quand une balle me fonce dessus, je m'écarte et je ne cherche pas à l'arrêter. Mais ce jour-là, malgré toute ma mauvaise volonté, je parvins à arrêter le ballon plus ou moins avec ma tête, ce qui me fit voir trente six chandelles, me valut une bonne tape dans le dos de la part du prof fier de ma prestation, ce qui finit de m'achever et me fit prestement m'écrouler. Peu importe, j'avais sauvé la partie, on avait gagné. C'était bon le temps, ce n'était pas encore l'enfer des cours de sport du collège...

11 commentaires:

Florent a dit…

Tu n'as pas pu voir les Artistochats...
</3

=(

Bashô a dit…

Kynseker> "une boucle d'oreille à l'oreille droite." On m'a raconté que dans les années 80, les gays portaient une boucle à droite, et les hétéros à gauche. Et il y a bien dix ans de là, un sourd muet de mon âge qui avait --- hum --- beaucoup de sympathie à mon égard m'apprenait les quelques gestes de base de la LSF. Pour désigner les achriens, il pinça l'oreille droite...

Quant à ces souvenirs de récréation, as-tu vu le film "récréations" de Claire Simon? http://www.laviedesfilms.com/critique/recreations.htm voir aussi la critique Télérama : http://www.telerama.fr/cinema/films/ra-c-cra-c-ations,14199.php

Je n'ai, quant à moi, aucun souvenir de ces récréations. Juste quelques images, principalement de filles. :-D

Florent> Serais-tu un groupie des Aristochats? Je me souviens juste du profond ennui ressenti, pas de l'histoire. Cela étant dit, j'ai oublié de te donner ce lien, très éclairant sur la recherche mathématique : http://images.math.cnrs.fr/Un-probleme-de-remplissage-de.html

Le problème est de savoir remplir sous certaines conditions les verres placés sur un damier. L'important n'est pas la solution, c'est la manière d'y parvenir. Un peu comme en droit. ;-)

Tambour Major a dit…

Moi non plus je n'ai pas vu les Aristochats...

Kynseker a dit…

@ Bashô: je connais bien ce code de la boucle d'oreille mais je ne saurais pas dire quand je l'ai appris.

Je n'ai pas vu le film de Claire Simon et j'ai également assez peu de souvenirs de récréations ou disons plutôt que je n'ai que des mauvais souvenirs... Les bons ont été effacés.

@ TM: je me sens moins seul mais à mon époque de petit garçon, c'était vraiment le Disney phare !!

Florent a dit…

Ne pas avoir vu les Artistochats, je crois que c'est maintenant puni par le Code pénal entre les articles 421-1 et 425-15 (en farfouillant un peu). C'est TROP MIGNON les Aristochats, c'est toute mon enfance !

@ Bashô : mille mercis pour le lien mais mon merveilleux cerveau n'a malheureusement qu'un nombre de neurones limité, et tous ces chiffres qui s'annoncent me font peur...

Florent a dit…

(Rien que de lire ça, ça me laisse rêveur : V1(D)==V0(D)−v+x+yS(D)−v+x+y.)

Bashô a dit…

Florent (et aussi Kynseker)> On a tous un nombre limité de neurones. Et les chiffres n'apparaissent que fort longtemps après des explications bien détaillées. Le mieux serait de lire en prenant son temps. Ce qui me frustre beaucoup, c'est que lors des soirées, en annonçant ma profession, je vois des mauvais souvenirs refluer sur les visages. Pourtant à bien des égards, c'est comme la musique. sigh!

Kynseker> N'hésite pas à me poser des questions si l'envie te prend de lire ces liens et que tu ne comprends pas des points.

S./G.C a dit…

J'adore également batifoler dans les herbes et ramasser les feuilles de chêne; leurs fruits aussi...
C'est notre côté "écureuil".

MArC-Us a dit…

Heu ... oui. Les glands, j'aime beaucoup.

Kynseker a dit…

@ Marc-Us: oui, je pensais bien à cela, mais j'ai voulu -pour une fois- éviter la mauvaise blague. :-D

MArC-Us a dit…

Nous as-tu laissé seulement le choix ?
Après avoir cueilli les plus belles feuilles, probablement pour orner tes futures casquettes ^^, il ne restait qu'à glaner quelques fruits tombés à terre ...