lundi 31 mai 2010

Pars, ne te retourne pas


Mais... Qu'est-ce que t'as ?

Il est grand temps d'y aller. Un voyage sans retour qui me cause beaucoup de chagrin mais que j'accueille avec un certain soulagement. L'histoire de cette expatriation est désormais écrite. Comme tout le reste, elle aurait pu être autre. Il me faut balayer les regrets, s'il y en a, et garder un vaste souvenir ému. Na shledanou !


6 commentaires:

Era a dit…

Te lire m'a donné envie de retourner à Prague et d'y passer plus de temps...;)

vartan a dit…

Moi pas. Mais bien envie de suivre tes aventures. ;-)

Ouagadougou ? Valparaiso ? Saint-Pierre-et-Miquelon ? Où nous emmènes-tu ?

Kynseker a dit…

Je ne sais pas où je vais promener encore... Toulon, sur le CDG, peut-être ?!

Et cet été, des abbayes, Lyon, Dijon... On verra !

Tambour Major a dit…

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
Ou comme cestuy-là qui conquit la toison,
Et puis est retourné, plein d'usage et raison,
Vivre entre ses parents le reste de son âge !


Un voyage sans retour ? Non, une escale... avant le prochain départ !

Kynseker a dit…

C'est vrai, en attendant de reprendre ma vraie indépendance aixoise, à tout prendre, je préfère l'environnement familial à celui de la colocation !

Syl./GC a dit…

Bonne route.
Je reste attentif.