mercredi 10 mars 2010

Les fantômes

Il suffit que vous soyez à des milliers de kilomètres de votre lieu de résidence habituelle et des gens que vous n'avez pas côtoyer depuis deux ans ressurgissent... La conversation est restée agréable mais ce revenant vous renvoie à une période que vous auriez préféré oublier (vous commenciez à bien y arriver, d'ailleurs !). D'un pas, vous passez de vos pires souvenirs d'adolescence à vos pires souvenirs d'enfance. Et comme si ça ne suffisait pas, vous sombrez dans Schumann qui vient hanter vos nuits avec ses sublimes mélopées:


Vivement que je reparte en vadrouille pour m'aérer l'esprit !

Aucun commentaire: