samedi 13 mars 2010

Baroque !

Voyage un peu long vers la France mais agréablement conclu par un atterrissage magnifique à Marignane. Alors que le soleil commençait à se coucher et inondait la côte d'une lumière dorée et douce, l'avion a fait le tour des îles au large de Marseille. On apercevait très bien le château d'If, entouré des eaux tourmentées de la méditerranée.

Je pourrais évoquer le con (ce mot a été inventé pour les gens comme lui) qui grommelle d'attendre quelques minutes avant de s'assoir à son fauteuil dans l'avion, le temps que je m'installe, qui ne quitte pas son manteau pour être le premier à ressortir dudit avion, qui rouspète que l'équipage ne parle pas français (nous étions sur un avion Lufthansa...) et qui lit Le Figaro et que par pur sadisme j'ai sciemment énervé en lisant Têtu au lieu de mon Don Quichotte sous ses yeux ébahis et furibonds, mais je ne le ferais pas.

Je délaisse donc les beautés baroques pragoises l'espace d'un weekend mais je compense musicalement. Après une semaine consacrée à Schumann et Beethoven (musique pour piano et musique de chambre), je replonge dans le baroque. Et toujours ce même soulagement d'entendre un clavecin et une basse continue. Cette assise me manquera éternellement dans tous les autres répertoires. Mon côté terre-à-terre et bien ancré, probablement.

Je compense visuellement aussi, j'ai enfin fait mon achat de l'année... Depuis que j'en parlais ! L'excellent ouvrage et magnifique objet des éditions Taschen consacré au Caravage est désormais en ma possession. Ma parentèle lève les yeux au ciel devant cet achat inconsidéré consacré à un si mauvais peintre (et en plus, tu le sais, la maison est pleine, alors ce truc qui tient une place monstre, tu vas le mettre où ?). Je m'en fiche, moi, je me suis bien amusé à transporter l'immense carton judicieusement équipé d'une poignée à travers la ville en flânant sur la place de la comédie...

Avec mon manteau et mon écharpe, je détonnais un peu dans cette ambiance d'été avant l'heure et j'ai apprécié plus que de coutume l'éclat des façades en pierre calcaire. Demain, je me rendrai aux urnes pour adouber (ou pas) le trublion Frêche...

2 commentaires:

Syl./G.C a dit…

J'ai acheté pour ma part sur place le magnifique catalogue de l'expo romaine.
Je ne dis pas ça pour vous énerver bien sûr...

Kynseker a dit…

Vous n'y parviendrez pas parce que je vais aller la voir cette fameuse exposition, en avril !

Et d'ailleurs, c'est grâce à vos impressions positives sur celle-ci que j'ai eu envie d'aller la voir...