samedi 30 janvier 2010

Mascarade et bouffonnerie

Une petite note relative à mes cours. Je ne dois pas perdre de vue, et Dieu sait que c'est dur, que je suis étudiant et régulièrement inscrit à l'Université Charles de Prague. J'y ai passé en moyenne 6 heures par semaine durant le premier semestre. C'est à la fois réjouissant et scandaleux. Je ne reviens pas sur le contenu déplorable des cours qui sont proposés. Je ne peux toutefois pas m'empêcher de vous faire part du déroulement des examens...

Le premier, dont j'ai choisi la date à ma convenance, a consisté en un simili d'oral. Cela a en effet été une conversation de comptoir et non une interrogation. Ma mine déconfite face à la stupidité des questions a fait dire à l'enseignant: "vous avez raison, je vous fais perdre votre temps, vous n'avez pas besoin d'examen, votre travail m'a donné entièrement satisfaction tout le long du semestre". Et il a commencé à me poser des questions sur ma vie trépidante d'étudiant français à Prague. Hallucinant.

Le deuxième consistait en un compte-rendu oral d'un travail fait chez soi sur une problématique géopolitique liée à un fleuve. Sachant que les documents pour étayer cet exposé étaient fournis par l'enseignant lui-même. Pas de recherches à faire donc. La mise en place laborieuse de certains exposés a considérablement rallongé le temps imparti pour l'examen. Il a donc fallu, au bout d'une heure, changer de salle. C'est alors que les étudiants qui n'étaient pas encore intervenus ont fait leur exposé... sur un coin de table à la cafétéria ! Nous étions regroupés autour d'une table censée accueillir des étudiants pour manger et nous écoutions nos camarades au milieu de bruits de fourchettes et d'assiettes. Effarant.

La coupure de Noël a passé et le troisième examen se déroulait à la maison. Il s'agissait d'un cas pratique juridique à résoudre chez soi en temps limité: deux jours. Grand fou que je suis, je me trouvais encore au Caire pour la première journée impartie. J'ai donc accompli mon office le lendemain en une petite matinée (après avoir fêté mon retour à Prague avec une bonne raclette !). Quatre heures pour grattouiller quelques idées trouvées sur la toile quand 48 étaient allouées. Et ça rapporte un 15/20. Stupéfiant.

Enfin, le quatrième examen devait être un questionnaire à choix multiples. Plusieurs dates d'examen proposées, j'ai pris la première. Nous étions huit à avoir fait ce choix. Devant ce peu d'affluence, le professeur s'est permis d'arriver vingt minutes en retard, comme si de rien n'était. Le QCM comportait sept questions. Nous avions une heure et quinze minutes pour y répondre. En cinq minutes la salle était vide. Ahurrisant.

Voilà le sérieux des cours et des examens proposés aux étudiants Erasmus. Je profite évidemment de ce système scandaleux pour obtenir des notes étonnamment élevées et faire de chaque jour de cette année une fête épicurienne.

4 commentaires:

Cyrielle a dit…

je t'ai déjà dit que tu me faisais rêver???
bisous

Kynseker a dit…

Oui tout ça laisse rêveur...

han! a dit…

Nan mais j'en reviens pas: Drouot vient de me surprendre la bouche grand ouverte, une mouche s'y engouffrant à coups sûrs tant elle est restée béate durant 5 bonnes minutes.
ta situation est tellement enviable que tu en deviendrais détestable si tu n'étais pas toi grand ébouriffé!

:)

Jérémie J. & Florian B. a dit…

hahahahaha, ici j'ai des cours de 30 pages a apprendre par coeur en Théorie Politique et en Allemand. Va faire de la philo en allemand tu vas comprendre pourquoi Marx, Hegel et Nietszche c'est pas de la tarte!

L'important c'est que tu t'éclates non ?