vendredi 11 décembre 2009

Un grand moment de solitude

Moment qui, si j'avais vraiment été seul, aurait pu être évité. Levé tardivement, je mets une machine en route en chantonnant (comprendre en hurlant en voix de tête l'adagio d'Albinoni), je commence à mijoter un pauvre repas pour midi (en maugréant et en me parlant à moi-même), je vais, je viens dans l'appartement en boxer en faisant tout le barouf possible. Bon voilà, comme une danseuse en tutu je jongle avec mes différentes activités domestiques. Et au moment même, et toujours à haute voix, où je me dis que "tiens, Andrea n'a pas pris son parapluie aujourd'hui" je la vois sortir avec une tête cadavérique de sa chambre et me demander calmement avec une voix d'outre-tombe de la fermer. Mierda ! Elle bossait pas aujourd'hui.

Finalement, je crois que je vais braver la pluie pour aller passer quelques heures à l'Institut Français, moi...

2 commentaires:

Méli a dit…

AH AH!

vartan a dit…

Albinoni ! On va finalement se prendre de sympathie pour Andrea.

Très joli coin, ici. ;-)