lundi 16 novembre 2009

L'humeur du soir

Depuis que je suis loin de toi
Je suis comme loin de moi
Et je pense à toi tout bas
Tu es à neuf heures de moi
Je suis à des années de toi
C'est ça être là-bas

La différence,
C'est ce silence
Parfois au fond de moi

Tu n'es pas toujours la plus belle
Et je te reste infidèle
Mais qui peut dire l'avenir
De nos souvenirs ?
Oui, j'ai le mal de toi parfois
Même si je ne le dis pas
L'amour c'est fait de ça

Si le « toi » de Polnareff désignait la France, son public, sa gloire passée, mon « toi » c’est ma vie de l’année dernière avec les amis qu’elle comporte en elle. Loin d’elle, loin de vous, loin de moi.

Un post niaiseux, une chanson non moins fleur bleue mais qui a trouvé un écho en moi plus profond que d’habitude, preuve qu’elle abrite une part de vérité, probablement.

Oh ! Et puis ce clip est gorgé de poésie, isn't it ?


1 commentaire:

non ce n'est pas de la culture poubelle a dit…

je te pardonne le clip
je te remercie pour la chanson