samedi 14 novembre 2009

Les musées pragois (2)

J'ai un peu de retard dans mes compte-rendus de visites... Depuis mon premier récapitulatif, j'ai varié les plaisirs:

1) Musée Dvorak
Un charmant musée situé dans une non moins charmante bâtisse en plein cœur de Prague. Une ambiance irrésistible: tous les vieux meubles, bibelots et documents du compositeur respirent l'authenticité poussiéreuse... Ce temple musical est gardé avec amour par deux vieilles gardiennes discrètes et sympathiques. Elles tentent comme elles le peuvent de parler votre langue, vous donnent un vieux fascicule retraçant l'histoire de tout ce qui est présenté et caressent un magnifique chat roux à leurs heures perdues. On se sent presque chez soi dans ce lieu hors du temps. Il y fait chaud, le thé de ces dames embaume, le parquet craque. Le choix du lieu est idéal: si Dvorak n'a jamais habité là, on parvient tout de même à croire qu'on est chez lui et qu'on déambule dans son intimité. Il faut avouer que ça n'a, en réalité, guère d'intérêt culturel mais pour une si modique somme, on a le droit de se croire chez sa grand-mère l'espace d'une heure.

2) Couvent Saint-Georges: peinture tchèque du 19ème siècle
La rénovation du Palais Schwarzenberg lui a permis d'accueillir la collection de peinture tchèque baroque qui se trouvait initialement dans le Couvent. Celui-ci accueille désormais une collection agrandie de peinture tchèque du 19ème. Ça n'est pas très fameux. On trouve certes quelques œuvres dignes d'intérêt mais dans l'ensemble c'est très académique et ça ne soulève guère l'enthousiasme. La brochure du musée regroupe les tableaux les plus intéressants et les couleurs y sont plus éclatantes que dans la réalité... On ne manquera pas toutefois le tableau "Femme avec un lévrier" de Vaclav Brozik ni "Un parasol rouge" de Josef Manes dans un style proche de Monet:


3) Palais Sternberg: peinture baroque européenne
Une des galeries de peinture les plus intéressantes de Prague (contrairement à celle du Château). On y trouve des oeuvres, assez secondaires, de Bruegel, Rubens, Holbein, Dürer, Rembrandt... Le musée est très bien conçu et le cadre est magnifique. La collection d'art vénitien religieux est impressionnante et comporte de très belles pièces. L'art flamand et italien est également très bien servi. En règle générale, les toiles présentées, bien que de peintres secondaires, ont toutes un intérêt. Les pièces maîtresses du musée valent le détour même si elles ne font pas partie des incontournables. On s'attardera ainsi devant "Le savant dans son cabinet" de Rembrandt ou devant "Le christ priant" du Greco, avec sa fameuse auréole carrée:


4) Musée des Arts Décoratifs
Un majestueux bâtiment coincé entre la faculté d'art et de philosophie et le cimetière juif. Il faut pousser une lourde porte, écarter un grand rideau rouge et pénétrer dans un hall encombré d'objets souvenirs. Ne pas s'offusquer de l'aigreur de la caissière et entamer sa visite. On admirera une collection impressionnante de couverts en argent et d'objets en cristal. Les amateurs d'horlogerie seront comblés: à l'aide d'un treuil électrique, on peut faire défiler des dizaines d'horloge toutes plus monstrueuses que les unes que les autres. On trouve également de beaux meubles en marqueterie. Enfin, une collection de vêtements permet de retrouver le style désuet d'autrefois. A noter, une très jolie paire de chaussures papales !

2 commentaires:

rococo! a dit…

je n'ai qu'une seule chose à ajouter:
c'est tarabiscoté au chambranle!

:)

Kynseker a dit…

Je dirais même plus capillotracté !

Voire polyorgamisque !!

:-))