jeudi 26 novembre 2009

Amoureux

Il est unique. Je l'ai tout de suite repéré au milieu de la multitude, lui. D'un coup d'œil, j'ai su qu'il était fait pour moi. Il a été mien seulement l'espace de quelques heures, hélas. Je ne me lassais pas d'être lui, de voir avec ses yeux, sa perspective. Il a su me mettre à l'aise et me combler. Le bonheur n'attend pas alors j'ai fondu sur lui et j'ai aimé tout ce qu'il m'a donné à vivre, comme un fou. J'ai savouré chaque instant en sa présence. Je me suis installé sur lui et j'ai joui. Intensément. Comme presque jamais auparavant. Peut-être une fois, il y a quelques années, mais nous étions plus distants alors avec cet autre. Lui, je ne pourrai pas l'oublier. Et pourtant, je ne le reverrai jamais. Je ne le toucherai plus, il ne m'accueillera plus sur lui. Je ne pourrai plus le chevaucher ni aimer ce qu'il m'offre. Mais le souvenir demeurera intact, toujours. Je suis amoureux, je l'aime. Fauteuil numéro onze, reviens-moi, je t'en supplie !

2 commentaires:

Cyrielle a dit…

ahaha bien joué

sur les traces de notre enfance a dit…

J'avais oublié de vous laisser, comment dites-vous déjà ?, un soubresaut !

Oh my goodness !
Vous m'avez bien eue. Non que le contenu m'ait choquée, mon meilleur ami m'en raconte de plus détaillés encore.

J'aime aussi dans chaque salle de concert que je fréquente avoir MON fauteuil ou MA place.
Je suis toujours la première à entrer car je ne supporterai pas l'idée qu'il trompe mon plaisir avec quelqu'un d'autre.
Je peux ainsi jouir pleinement du moment où s'accorde l'orchestre, prélude pour moi indispensable.
A Rome où l'on a que l'embarras du choix, quasiment tous les jours, c'est un instant d'une joyeuse cacophonie, car avant l'accord, chacun joue un air différent.
J'avais adoré ça.
Et été surprise aussi de la moyenne d'âge de beaucoup de musiciens. Assez vieux, une allure de fonctionnaire et jouant divinement bien.
Musicalement votre, cher fauteuil 11.
Anna