dimanche 18 octobre 2009

Quand les cathédrales parlent le morse

Après avoir été aimablement et simplement invité au restaurant par ma colocataire allemande hier soir, avec laquelle j'ai soutenu une conversation hilarante en anglais et en espagnol, je me suis levé à 5h du matin pour attraper un car à 7h, en direction de Brno. C'est la seconde plus grande ville tchèque, elle compte plus de 320 000 habitants (et nous nous demandons encore où ils sont, pour de vrai). Quand nous arrivons, mes compères français, deux amis polonais et moi, nous trouvons une ville morne et triste. Tous les immeubles ont des façades étincelantes et aux couleurs vives mais l'ambiance est de l'ordre de l'énigmatique. Nous devons cédé à quelque enfantillage pour nous donner l'envie d'arpenter cette ville. Ainsi, Quentin dans ses oeuvres:

Après ce rafraichissement moral, nous entamons la visite. Nous parcourons le célèbre marché aux légumes de la place de l'hôtel de ville et nous goutons à quelque boisson alcoolisée à base de pommes. S'ensuit la visite de la cathédrale qui surplombe la ville. Audacieuse construction de type gothique flamboyant:


Nous nous hasardons à pousser la porte de la crypte, que nous choississons de visiter en payant l'entrée, des plus onéreuses (10ck... 30 centimes d'euro...). L'endroit est saintement gardée par une tchèque mal dégrossie qui tripatouille avec peine un ordinateur et qui finit par mettre en route un diaporama à l'image de la ville: énigmatique.


Nous nous baladons ensuite au hasard des rues, mangeons dans un KFC (honte sur nous) et nous reprenons nos visites. C'est ainsi que l'on atterrit dans une autre cathédrale. Manifestement squattée par des SDF qui rançonnent, de façon assez vindicative, les visiteurs. Et je me hasarde à prendre des photos malgré l'interdiction. Cachée entre deux bancs, j'en prends quelques unes. Et un malheur se produit: le flash se déclenche. Je prenais les voutes en photo, l'appareil produit son éclair et comme si la cathédrale comprenait le morse, elle me répond: une alarme, une sirène stridente retentit dans tout l'édifice. Aïe aïe aïe !! Le flash a fait réagir quelque détecteur et maintenant la cathédrale hurle à la mort, je suis fait comme un rat ! L'air de rien, je m'éloigne du lieu du crime et je parviens à sortir sans encombres. Voici la photo qui me valut tant de souffrances:


Nous avons ensuite visité le château. Une visite sans fin. Le château abrite de nombreuses geôles et les matons sont des femmes: les diverses expositions sont gardées par une tripotée de mamies (comme tous les musées et supermarchés en République Tchèque) qui ne savent dire que "tickets ! tickets!". Nous avons du montrer patte blanche 6 ou 7 fois pour le seul et même unique musée... Nous avons été pris par le temps et la visite des sous-terrains s'est transformée en course poursuite. La boucle était bouclée: nous avons fini la journée par des sottises. Quentin, encore dans son art qui est le sien, tel Fantomas courant dans les catacombes:


(PS: des photos plus à même de montrer la beauté de cette ville seront bientôt sur FB)

1 commentaire:

Nalimé a dit…

Quand je ne suis pas là, tu fais que des bêtises: boire, manger junk, déclncher des alarmes tel un malfrat des bas quartiers! hum :)
j'aimerais bien te voir dans de tels états (qui plus est, sans tes chemises à col Mao j'imagine!)