samedi 26 septembre 2009

Pour être, besoin d'étai

J'ai toujours gardé souvenance de cette phrase de Georges Perec. Elle m'est revenue cet après-midi alors que j'étais plongé dans mes songes. Je me suis perdu à Prague, j'ai perdu de vue mon moi d'Aix-en-Provence et de Montpellier, mon moi français. J'avais trouvé un équilibre qui ne semble pas être viable ici. Je dois me réinventer. Il me faut donc trouver des bases sur lesquelles m'appuyer. Choisir les piliers sur lesquels faire reposer ma vie pragoise est un choix cornélien. Quelle vie préférer pour cette année ? Se gargariser de culture tchèque, pragoise et européenne (voyager à Vienne, Bratislava, Berlin, Dresde, Cracovie, Brno, Rome) ou modèrer des ardeurs culturelles pour se laisser aller à la fête déraisonnable ? Prendre des places pour des concerts toute l'année, acheter un abonnement à la médiathèque de l'Institut Français de Prague, se lancer dans un atelier d'écriture (pour améliorer la qualité de ce blog...) ou vivre au jour le jour en prenant le risque de le laisser se remplir d'ennui ?

Je ne sais pas. Je crois que je ne saurai jamais.

Aucun commentaire: