mercredi 23 septembre 2009

Entre ciel et terre

Après la réunion d’informations du lundi matin (située à 1h20 de tram + métro du dortoir), nous sommes allés manger en ville. Réminiscence de mes vacances à Rome peut-être encore une fois, on s’est finalement décidé pour un Italien. J’avais lu ici ou là que les serveurs arrachaient l’assiette une fois la dernière bouchée avalée, et je dois avouer que c’est vérifié. L’après-midi a été consacré à la recherche d’un forfait mobile tchèque (chez Vodafone, of course). Si tous mes compatriotes avaient des mobiles non bloqués à l’international, ce n’était pas le cas du mien et j’ai du acheter un mobile (pour 25€) après être allé dans une arrière court glauque et inquiétante pour tenter de faire débloquer mon portable français (en vain).

Mon colocataire slovaque (de son petit nom Youri) ne rentre jamais avant une 1h du matin. Mais j’ai mis à mal l’image qu’il avait de moi en rentrant bien plus tard que lui lundi soir (après une virée dans un des endroits les plus glauques de Prague, j’ai nommé le Roxy). Je n’ai pas hésité à prendre ma douche (indispensable car la cigarette est la bienvenue où que l’on soit à Prague).

Ce matin, les inscriptions ont eu lieu. Elles se sont suivies d’une visite guidée dans un des parcs de la ville où ne restent que des ruines d’un château du Xè siècle. Nous avons visité un cimetière où se trouvent les tombes de Smetana et Dvorak. Pour retourner au centre de Prague nous avons préféré le bateau au métro. Le soleil était éclatant et très chaud (malgré un smog persistant). Encore une fois, nous avons craqué pour un italien (j’ai surveillé ma ligne en commandant une grosse salade plutôt qu’une pizza).

Petite sieste à Hostivar (le doux nom du trou du cul du monde où nous logeons ; prononcez « Hostivache ») et tentative de faire fonctionner internet. Les codes fournis marchaient pour tout le monde sauf pour moi. Mais à force d’obstination (et peut-être les bonnes ondes du père professeur d’électronique envoyées par GSM ; certains savent que mes ondes à moi ont tendance à contrarier les appareils électroniques du type appareil photo ou ordinateur portable), j’ai réussi à me connecter (et à retrouver le sourire).

S’en est suivi une soirée de bienvenue aux Erasmus dans « le » club pragois : un bel endroit ouvert en plein sur la Moldau et sous les arcades du pont Charles. Soirée très agréable avec des Mojito à 100kc (3,75€) et des bières à 25kc (moins d’1€). Nous sommes rentrés à 5h (mon slovaque est rentré à 6h) et nous nous sommes tous endormis dans le tram de retour (35 min de trajet…) nonobstant un contrôle par un type effrayant (les contrôleurs sont un peu en free-lance ici, tels des chasseurs de prime, et se payent directement sur les amendes qu’ils mettent d’où leur volonté d’emmerder les gens à 5h du matin) qui a spolié 700kc (25€) à une amie belge.

Aucun commentaire: